Aucune image   Blood Bowl Standard
Version boîte

Fiche détaillée

Les Humanoïdes





Une beauté... fatale


Bien que les stéréotypes nous renvoient à des images d'esclaves, de danseuses et de criminels, les Twi'leks sont représentés dans toutes les classes sociales. D'un naturel vif et rusé, ils possèdent de grandes capacités physiques et d'apprentissage, leur adresse surpassant en général celle des autres espèces. Leur aspect humanoïde et leur peau aux pigmentations variées leur ont valu la réputation de créatures parmi les plus belles de la galaxie. Bien qu'elle augmente clairement leur valeur en tant qu'esclaves et contribue à l'exploitation de l'espèce, la beauté naturelle des Twi'leks libres reste un atout de taille.

L'un des aspects physiques les plus marquants des Twi'leks sont leurs lekkus, ou "queues de tête", bien plus que de simples appendices. Le lekku est un organe extra-sensoriel qui rend les Twi'leks plus alertes et leur confère une grande aisance dans l'art de la communication. À l'origine, les lekkus et la couleur de peau étaient liés au statut social chez les Twi'leks. D'ailleurs, dans une certaine mesure, il existe un certain rapport entre la pigmentation de la peau et les traits de personnalité. Les Twi'leks à peau rouge sont censés être de nature violente, mais comme pour les autres espèces, malgré de telles prédispositions génétiques, l'humeur dépend surtout de l'individu.

Ryloth, la lointaine planète d'origine des Twi'leks, a connu un destin tragique. Les Twi'leks y ont vécu dans une relative harmonie durant de nombreux siècles, malgré un environnement froid et rocheux. Pourtant, il y a quelques millénaires de cela, la République a découvert Ryloth, qui s'est avérée détenir d'importantes réserves de Ryll, épice rare et chère. Alors peu habitués au fonctionnement de l'économie galactique, les Twi'leks furent incapables d'exploiter correctement cette ressource naturelle. Au contraire, les filons de Ryloth tombèrent vite aux mains d'entreprises criminelles des Hutts, réduisant les Twi'leks en esclavage et les forçant à travailler dans leurs propres mines.

En raison de leur beauté et de leur dextérité, les Twi'leks ont également été vendus comme esclaves sur le marché libre. On les trouve aujourd'hui dans presque tous les systèmes de la galaxie. Bien qu'il y ait encore de nombreux esclaves, beaucoup d'autres ont retrouvé la liberté et se sont intégrés à la population galactique. Malgré le grand nombre de Twi'leks libres, il n'y a jamais eu de réelle tentative pour reconquérir Ryloth. Sans doute qu'après des générations d'esclaves à travers la galaxie, les Twi'leks n'ont plus d'attaches envers leur propre espèce, et encore moins envers leur lointaine planète d'origine.





Voir la Force

Bien qu'elle partage certains attributs génétiques avec les humains, l'espèce des Miralukas se différencie par le fait qu'elle n'a pas d'yeux. Sur Alpheridies, leur planète d'origine, l'unique source de lumière provient d'une étoile naine dont le spectre ne dépasse pas l'infrarouge. Au bout de plusieurs siècles d'évolution, les Miralukas ont développé la capacité de percevoir leur environnement grâce à la Force. Possédant deux orbites devenues inutiles, les Miralukas portent des voiles décoratifs et éprouvent généralement des difficultés à être assimilés à la société des humains.

Durant des millénaires, les Miralukas ont vécu dans l'isolement. Cependant, leurs affinités avec la Force les ont rapprochés des Jedi, certains allant même jusqu'à rejoindre l'ordre. Ce lien s'est renforcé au cours de la Guerre civile des Jedi, quand le Seigneur Sith Dark Nihilus a anéanti la colonie Miraluka sur la planète Katarr. Seule survivante de l'attaque, une Miraluka du nom de Visas Marr est connue pour avoir participé à l'Exil Jedi et à la reconstruction de l'Ordre Jedi.

Lors de la Grande Guerre, la planète Alpheridies a conservé son indépendance, mais de nombreux Miralukas se sont ralliés à la cause de la République. Ceux qui ont rejoint l'Ordre Jedi ont toujours fait preuve de facilités exceptionnelles avec la Force et les arts martiaux. Certains Maîtres Jedi estiment que c'est précisément parce qu'ils se fient plus à la Force qu'à leurs yeux qu'ils manient le sabre laser avec une telle dextérité. Quel que soit leur soutien apporté à l'ordre, les Miralukas sont une véritable aubaine pour les Jedi. Beaucoup de Seigneurs Sith ont appris à leurs dépens que les Miralukas pouvaient être de redoutables adversaires.





Le dernier Gormak ne doit pas mourir...

Une espèce mystérieuse sur un monde mystérieux... On sait peu de choses au sujet des Gormaks. Bien que leur structure sociale tribale et leurs schémas de communication soient indéniablement primitifs, leur capacité à comprendre et à manipuler la technologie est troublante et égale les meilleurs cerveaux de la République. Cette dynamique les rend très dangereux et c'est la raison pour laquelle les zones non civilisées de Voss sont considérées comme extrêmement hostiles.

À cause de la haine apparemment innée et violente que les Gormaks éprouvent pour la civilisation Voss et tout ce qui y est lié, ils sont des ennemis de la République et de l'Empire Sith. Les recherches au sujet de l'origine de l'agressivité des Gormaks vis-à-vis des Voss n'ont pas eu beaucoup de résultats. Tout ce qu'on sait, c'est que les Gormaks voient les Voss comme un fléau corrompu qui menace leur planète et qu'ils pensent que les Voss doivent être détruits pour que les Gormaks puissent prospérer.

Étrangement, cette haine violente n'est pas réciproque. Bien que les Voss reconnaissent que les Gormaks sont une menace pour leur civilisation, ils ne cherchent pas à mettre au point une stratégie pour éliminer cette espèce dangereuse de la planète. Pourquoi ? À cause de la vision d'un Mystique Voss qui a conduit à l'adoption d'une loi interdisant l'éradication de l'espèce Gormak. Pour les étrangers, cela peut paraître surprenant, mais pour les Voss, cela est tout à fait normal.





Des chasseurs-tueurs au sang froid

Originaires d'un monde inhospitalier du système Kashyyyk, les Trandoshans sont en conflit avec les Wookiees depuis que ces deux espèces se sont rencontrées. Après avoir rejoint la République Galactique, les Trandoshans ont en fait négocié avec les Corporation Czerka le droit de réduire en esclavage leurs voisins à fourrure. Ils n'ont cependant pas réussi à en capturer beaucoup, car les Wookiees sont très largement capables de défendre leur planète natale.

Du fait de leur tradition planétaire, de nombreux Trandoshans sont devenus des esclavagistes et des mercenaires tandis qu'ils se déployaient un par un dans toute la galaxie. Ce sont des guerriers redoutables à cause de leur vision perçante, de leurs carapaces à écailles et de leur étonnante capacité à se régénérer.

Les Trandoshans qui respectent les traditions de leur monde d'origine sont souvent profondément spirituels et adhèrent à des croyances religieuses très particulières. Ces Trandoshans vénèrent une divinité appelée la "Gardienne des points", qui distribue ses faveurs à ses adeptes en fonction de leurs victoires au combat et à la "chasse". Bien que quelques Trandoshans observent apparemment un certain sens de l'honneur, leur inclinaison naturellement à l'arrogance est très souvent prononcée, ce qui leur a valu une réputation d'individus violents et brutaux à travers la galaxie.





Les alliés de l'Empire

Aussi éloignés et secrets que le système stellaire lointain d'où ils viennent, les Chiss sont un mystère pour la plupart des habitants de la galaxie. Complètement isolés de la République et de l'Empire, ces humanoïdes à la peau bleue ont développé une civilisation avancée connue sous le nom d'Ascendance Chiss dans les Régions Inconnues de l'espace. Malgré des luttes de pouvoir constantes au sein de la classe dirigeante, l'Ascendance a conservé un contrôle strict de son territoire et la civilisation a prospéré. C'est ainsi que la société et les technologies Chiss se sont développées loin de tous pendant des milliers d'années... jusqu'à ce que l'Empire Sith les découvre.

Alors que l'exil de l'Empire touchait à son terme, les Sith entrèrent en contact avec les Chiss et ce qui se produisit ensuite est un événement unique dans les annales de l'histoire impériale. Auparavant, chaque fois que l'Empire rencontrait une civilisation alien disposant de ressources et de technologies suffisantes pour se défendre, l'Empire exigeait qu'elle capitule et qu'elle se soumette à l'Empereur. Chaque civilisation avait refusé et les Sith avaient conquis leurs mondes et tué ou réduit en esclavage leurs populations. Cependant, les luttes de pouvoir de l'Ascendance se réglant rarement par les armes, la classe dirigeante Chiss surprit l'Empire en considérant les avantages de l'offre et en demandant une rencontre. Les chefs militaires de l'Empire, confus, acceptèrent.

Les meilleurs négociateurs Chiss rencontrèrent à huis clos l'élite des diplomates impériaux, parmi lesquels le commandant de la mystérieuse garde impériale dont la présence était pour le moins inhabituelle. Rien n'a jamais filtré au sujet de cette rencontre, mais l'issue est connue de tous et suscite aujourd'hui de nombreuses interrogations parmi les diplomates et les historiens de la galaxie. Les Chiss allaient devenir les premiers alliés officiels de l'Empereur. Leurs armées, leurs ressources et leurs recettes seraient gracieusement offertes à l'Empire. En retour, l'Empire laisserait l'Ascendance gouverner et administrer ses planètes et ne mettrait pas le pied sur la planète natale des Chiss, Csilla, sans permission. Pas un représentant politique, pas un touriste, pas un Sith.

Dans les années qui suivirent, les Chiss aidèrent les Sith à envahir l'espace de la République et gagnèrent le respect de l'Empire et sa confiance en tant qu'alliés militaires. Quand ils se trouvent dans l'espace contrôlé par les Sith, les Chiss se soumettent à l'autorité impériale sans poser de question et plusieurs Chiss se sont même intégrés dans la société impériale. Toutefois, l'Ascendance Chiss a ses propres forces, distinctes de l'armée impériale, et la plupart des membres de cette espèce conservent leur mode de vie caractéristique, même quand ils travaillent aux côtés de leurs alliés impériaux violents. Les Chiss restent une véritable énigme pour la République et l'existence même de cette espèce n'est connue que des hautes instances des cercles politiques et militaires.





Les héritiers du pouvoir ancestral

Descendants des premiers Sith, les Sith à la peau rouge et au sang pur sont les héritiers d'une lignée depuis longtemps associée au côté obscur. Les premiers Sith étaient belliqueux, ambitieux et aimaient la compétition. Ils pratiquaient des rituels obscurs pour créer des artefacts de Force puissants. Les Sith chez lesquels le sang ancestral coule suffisamment pour être vu possèdent une noirceur innée. Chez les Sith au sang pur, le taux de sensibilité à la Force est proche de 100 %.

Il y a trois mille ans, les Jedi Noirs, fuyant l'espace de la République après le deuxième Grand Schisme, découvrirent l'espèce Sith sur Korriban. Ils furent surpris de voir que cette espèce relativement primitive avait une connaissance du côté obscur que les Jedi eux-mêmes ignoraient. Les Jedi Noirs décidèrent de soumettre les Sith et de s'emparer de leur savoir. Les Sith eurent beau se défendre pour protéger leurs secrets du côté obscur, ils furent finalement vaincus par l'entraînement et la technologie supérieurs de l'envahisseur. Les Sith furent réduits en esclavage par leurs chefs Jedi Noirs.

Pendant des centaines de générations, les deux groupes se mélangèrent. Les Jedi Noirs trouvaient que la société et la culture Sith correspondaient bien à leur philosophie. Il ne fallut pas longtemps pour que la classe dirigeante de Korriban soit presque essentiellement composée d'enfants métisses des Jedi Noirs et des grands prêtres Sith. Ce métissage donna naissance à une classe ambitieuse et impitoyable naturellement puissante dans la Force.

Génétiquement parlant, le terme "sang pur" est un terme impropre puisque tous les Sith actuels sont des métisses, un produit de l'union entre les anciens Jedi Noirs et les premiers Sith. Cependant, ce terme permet de désigner ceux qui ont suffisamment de sang de la race ancestrale en eux pour que cela se voit.





Indomptables et fiers

L'indépendance, la confiance et une détermination farouche caractérisent le psychisme des Zabraks. La plupart d'entre eux estiment qu'aucun défi n'est insurmontable, même si la partie semble perdue d'avance, et méprisent les faibles qui ont peur de l'échec. Une tradition d'entraînement martial intense, un deuxième cœur et la résistance à la douleur physique font d'eux des guerriers et des explorateurs exceptionnels. Leurs prouesses physiques et mentales imposent le respect. Les Zabraks ont la volonté d'exceller dans tout ce qu'ils font et cette volonté s'accompagne d'une tentation permanente d'utiliser tous les moyens nécessaires pour parvenir à leur fin.

Les Zabraks peuvent parfois sembler arrogants, mais c'est uniquement parce qu'ils ont de quoi être fiers. Les falaises inhospitalières et les mers acides de leur planète natale, Iridonia, ont forgé la ténacité et la volonté de fer des Zabraks. Les Zabraks ne se sont pas contentés de survivre à l'adversité dans un environnement hostile, ils ont prospéré et sont devenus une des premières espèces connues à voyager dans l'espace. Ils avaient déjà fondé plusieurs colonies à l'extérieur de leur système d'origine avant leur premier contact avec la République.

Bien que morphologiquement proches des humains, les Zabraks se distinguent par leurs cornes, vestiges d'un passé lointain, et les tatouages qu'ils ont sur le visage. Les cornes se développent à l'âge adulte et les tatouages sont reçus lors d'un rite de passage cérémonial peu de temps après leur apparition. Ces tatouages diffèrent en fonction des épreuves et des expériences de chaque individu. Les Zabraks d'Iridonia sont connus pour leur entraînement martial très strict. La discipline et la persévérance qu'ils enseignent sont inculquées à tous les jeunes Zabraks.

Les colonies Zabraks se situent à proximité de couloirs de l'hyperespace vitaux, ce qui incite les Zabraks naturellement curieux à poursuivre l'exploration de la galaxie. Les nouveaux mondes sont synonymes de nouveaux défis à relever et d'apprentissage, et donc de possibilité de renforcer la puissance de l'espèce. Les Zabraks ont rejoint les rangs de la République et de l'Empire. Ils mènent les troupes vers la victoire sur le front, œuvrent dans l'ombre pour façonner les conflits ou amassent simplement des crédits en tant que tueurs à gages.





Des tueurs nés

Les Rattataki à la peau claire ont le combat dans les veines. Des siècles de guerre continue ont éliminé les faibles et transformé les survivants en combattants fiers, passionnés et impitoyables. Cette espèce violente se bat même pour se divertir : les combats de gladiateurs de leur planète natale, Rattatak, constituent le divertissement le plus populaire de la planète et sont réputés pour être les plus brutaux de la galaxie. Exposés à la culture compétitive de leur espèce dès la naissance, les Rattataki deviennent en grandissant des guerriers redoutables.

Au plus profond de la Bordure Extérieure, l'espèce des Rattataki s'est développée loin du reste de la galaxie pendant des milliers d'années, tentant de survivre dans des cavernes tentaculaires sous la surface de la planète. Ils s'enfoncèrent sous terre pour échapper à des créatures monstrueuses qu'ils prenaient pour des dieux et des tempêtes sauvages qui rendaient la planète pour ainsi dire inhabitable. Pendant leur exil souterrain, les tribus Rattataki n'eurent de cesse de se disputer pour s'emparer des ressources limitées et de nombreuses tribus allèrent jusqu'à s'adonner au cannibalisme. Les faibles et les malades furent sacrifiés pour que les forts puissent survivre et reprendre un jour possession de la surface de leur planète.

Le puissant chef de guerre Rattatak finit par unir son peuple suffisamment longtemps pour chasser les créatures redoutables de la surface de la planète et pour établir des forteresses imprenables au milieu des montagnes. Rattatak mourut pendant un combat en surface, mais son nom ne disparut pas avec lui. L'unification des Rattataki fut brève et les querelles intestines reprirent de plus belle, mais ils étaient sortis de leur exil ténébreux et entrés en contact avec le reste de la galaxie. De nombreux Rattataki décidèrent de s'installer sur d'autres mondes où ils devinrent des mercenaires, des gardes du corps et des chasseurs de primes très recherchés.

Peu de temps après le retour de l'Empire dans l'espace de la République, le jeune Seigneur Sith Dark Vich apprit l'existence de Rattatak et de son peuple. Désireux de se faire un nom, il se rendit sur la planète et, mettant de côté une tradition anti-alien millénaire, recruta une centaine de tribus Rattataki pour créer son armée personnelle. Leurs exploits au combat faisaient d'eux une force redoutable et les dizaines d'individus sensibles à la Force qu'elle comptait devinrent ses acolytes. Avec les Rattataki sous ses ordres, Dark Vich tenta de prendre le pouvoir dans l'Empire Sith, mais il échoua. Après son échec, le Conseil Noir réduisit en esclavage ou tua tous les Rattataki qui avaient suivi Vich. Des rumeurs au sujet d'un petit groupe d'acolytes Rattataki qui auraient trahi Vich et qui auraient rejoint le programme de formation des Sith n'ont pas été confirmées.





Guidés par la foi

Renommés aux quatre coins de la galaxie pour leur spiritualité et leur lien étroit avec la Force, les Mirialans suivent des rituels d'entraînement physique et mental très stricts pour devenir d'étonnants guerriers et des négociateurs hors pair. Leur réputation est loin d'être usurpée ; les Mirialans quittent leur foyer dès le plus jeune âge pour être éduqués dans l'une de leurs nombreuses académies. Là-bas, on leur inculque les principes culturels de la société Mirialane, tels qu'ils existent depuis des centaines de générations.

Le fondement de la culture Mirialane est fait de profondes croyances spirituelles. Sa conception de la Force se base sur l'idée que les actions d'un individu affectent non seulement son propre destin, mais également celui de tous ses semblables Mirialans. Les réussites personnelles sont immortalisées sur le corps de chacun par des tatouages géométriques. La forme et l'emplacement de ces marques symbolisent différentes actions dans la vie d'un Mirialan. À l'heure de la mort, elles servent à déterminer la valeur culturelle de l'individu et de ses actions en vue de favoriser son peuple.

La planète natale des Mirialans (que l'on nomme simplement Mirial) est un astre froid et sec, à proximité de la Voie Hydienne, route à vocation commerciale. Bien que Mirial ait rejoint la République il y a plusieurs siècles de cela, son manque de ressources l'a quelque peu isolée, bien qu'offrant aux Mirialans la liberté de partir explorer la galaxie. Au contact d'autres cultures, les Mirialans ont développé un certain sens de la diversité, ainsi que des tendances surprenantes. Lors de la Guerre civile des Jedi, Mirial s'est opposée à l'Ordre Jedi, aux côtés de Dark Malak. Après la défaite de Malak, la planète est rentrée dans les rangs, et dans le conflit actuel, les Mirialans ont clairement manifesté leur soutien à la République.

Au début de la Grande Guerre, alors que l'Empire des Sith faisait son grand retour en semant la terreur en Bordure Extérieure, de nombreux réfugiés ont pris la fuite pour Mirial. Devant tant de souffrances, les Mirialans ont été encore plus nombreux à se hasarder hors de leur planète natale. Beaucoup ont intégré les rangs de l'armée de la République ou ont rejoint l'Ordre Jedi, tandis que d'autres se sont tout simplement aventurés dans l'immensité de la galaxie, source inépuisable de découvertes.

Cet article a été vu 3372 fois

Ce site n'est pas affilié à LucasArts, BioWare, ni Electronic Atrs.
Les marques commerciales appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
LucasArts, le logo LucasArts, STAR WARS et les biens connexes sont des marques commerciales de Lucasfilm Ltd.
et/ou ses sociétés affiliées aux États-Unis et/ou dans d.autres pays.
© 2008-2009 Lucasfilm Entertainment Company Ltd. ou Lucasfilm Ltd.
Tous droits réservés. BioWare et le logo BioWare sont des marques commerciales
ou des marques déposées d.EA International (Studio and Publishing) Ltd.
Copyright © 2009 Univers Virtuels pour le contenu du site.
Design : Lord Coxie Template: Cypher, Code: JB